Éditorial : Je me souviens

Galerie d'images

Article de nouvelles / Le 10 novembre 2021

Par Emily Lindahl, DAP Air

Chaque année, le 11 novembre, à 11 h, les Canadiens et les Canadiennes se recueillent pour rendre hommage aux soldats tombés au champ d’honneur et aux vétérans, vivants ou disparus, ainsi qu’aux membres actifs des Forces armées canadiennes (FAC).

Quand j’étais enfant, à Ottawa, le jour du Souvenir signifiait un défilé au centre-ville de file après file de vétérans des deux Grandes Guerres. Cela signifiait des corps de cornemuses et de tambours, des groupes de service et des militaires canadiens en tenue de défilé. On pouvait apercevoir des mères de la Croix d’argent pleurer seules leurs enfants disparus. Des coups de canon étaient tirés et des avions survolaient la ville. Puis, avec les années, les rangées de vétérans ont diminué; d’abord ceux de la Première Guerre, puis ceux de la Deuxième Guerre.

Aujourd’hui, la démographie des vétérans canadiens n’est plus celle que l’on a connue en 1921, ce premier jour d’Armistice, devenu jour du Souvenir en 1931. Les vétérans des diverses guerres ou conflits et de missions de maintien de la paix dans le monde forment désormais les rangs du défilé. Nous reconnaissons et pleurons les pertes subies lors de missions d’entraînement et d’opérations quotidiennes. 

Malgré tous ces changements, il existe encore d’innombrables raisons de se souvenir. Cette année, le 11 novembre je me souviendrai :

  • de mon grand-père paternel, l’adjudant Reginald Saunders.
  • de mes deux grands oncles : Arthur Ostrander et Arthur McDonnell.
  • du grand-père paternel de mon mari, John Lindahl, qui a combattu pendant les deux Grandes Guerres.
  • du grand-père maternel de mon mari, Philip Roche, qui s’est enrôlé pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • de l’oncle paternel de mon mari, Ronald Lindahl, ancien membre de l’ARC.
  • de la grand-mère maternelle de mon mari, Lottie Roche, qui, pendant la Deuxième Guerre mondiale, a travaillé comme civile à l’usine Atlas Steel de Welland, en Ontario, à fabriquer des munitions.
  • des mes amis, membres actifs et anciens membres des FAC.
  • de tous mes collègues en uniforme de l’ARC et du ministère de la Défense nationale.
  • de chacun des membres inspirants de l’ARC et des FAC qui m’ont accueilli dans leur vie au cours des dernières années, afin que je puisse partager leurs histoires.

J’encourage les Canadiens et les Canadiennes à prendre le temps, pendant la Semaine des vétérans cette année, de réfléchir à ceux à qui ils rendront hommage le 11 novembre, et pourquoi.

Rester à jour

Date de modification :